• Menu
  • fr
Carnet de voyage

Partez à l'aventure avec Bettina, votre guide local

no results
image

Marche sur le feu

La marche sur le feu On peut y assister entre janvier et février à Beaux-Songes, à quinze minutes des Villas. Très impressionnant parce qu’empreint de piété et de ferveur, le Theemedhi (ou marche sur le feu) fait partie des cérémonies religieuses de la communauté tamoule, en l’honneur de la déesse Amen. Acte de foi et de purification, la marche sur le feu a été précédée d’un carême végétarien afin de préparer son corps et son esprit. La cérémonie débute par des prières au temple adjacent abondamment décoré, puis la procession se dirige au bord du tapis de braises. Au milieu des prières et incantations, des chants et des tambours, des senteurs entêtantes de l’encens, point de liesse, les visages sont graves et concentrés, les lèvres murmurent des promesses. Les hommes sont souvent torse nu, ils portent des offrandes, les femmes tiennent souvent un jeune enfant dans les bras. Le jaune et l’orange dominent, tranchant sur le gris des braises. Le prêtre bénit les premiers fidèles qui s’avancent sans hésiter et traversent le tapis de braise sans autre expression qu’une intense concentration. Nombre de promesses faites à cette occasion sont éprouvées par la foi. Un petit bassin de lait apaise les pieds après l’épreuve et conclut le rituel de purification. Une magnifique cérémonie à vivre si vous avez la chance d’être à Maurice durant cette période.

image

Chevauchée au bord de l’eau

Chevauchée au bord de l’eau A un quart d’heure des Villas, découvrez l’un des plus beaux haras de l’île, au pied de la majestueuse montagne du Morne. L’équipe de professionnels vous accueille avec beaucoup de gentillesse. Le matériel d’équitation est mis à disposition. Une rapide initiation pour les profanes et vous voilà parti pour une belle expérience sur de magnifiques chevaux calmes et des poneys pour les enfants. Foulez le sable immaculé tôt le matin et longez le magnifique lagon du Morne au pas ou au trot, en fonction de la fréquentation de la plage à l’heure de votre randonnée. Les chevaux adorent entrer dans l’eau pour se rafraîchir : partagez ce moment avec eux. Le summum du romantisme reste bien entendu la balade au soleil couchant, un must de vos vacances de rêve! Prenez de la hauteur et découvrez le somptueux panorama en grimpant les flancs de la montagne, le long de sentiers arborés. La vue est éblouissante et l’expérience, inédite. Les balades durent une heure et demie. Au retour aux écuries, savourez une boisson rafraîchissante en profitant des chevaux.

image

Les cueilleuses de la mer

Les cueilleuses de la mer Serait-ce une spécificité des iles de l’océan Indien ? Toujours est-il qu’à la Réunion, à Madagascar et à Maurice, les Salines se trouvent sur la côte Ouest. Celles de Tamarin sont magnifiques, avec leurs pierres brutes noires, écrasées sous le soleil, scintillantes de mille reflets du sel à fleur d’eau. De part et d’autre, d’anciens fours à chaux, gueule béante qui ne recueille plus que les oiseaux. Dans les bassins, la tête couverte d’un large chapeau noué, des femmes ratissent la surface d’un lent mouvement. Ce sont les orpailleuses de cet or blanc, les cueilleuses de la mer. Elles accomplissent avec légèreté un geste millénaire, leurs jupes bleues se soulevant doucement au gré du vent. Sur les rebords des bassins, des paniers bleus ou en osier débordent du sel fraichement recueilli.  La fleur de sel, cette première et fine couche, le nectar du sel, ira relever le plat d’un grand chef ou orner une table lointaine. C’est un métier de femmes, un métier difficile -elles sont payées au panier- mais ces femmes-là sont fortes et belles, comme savent l’être les femmes de pêcheurs.

image

Casela

En route pour l’aventure en famille Certainement l’une des attractions-phare de l’île, Casela, à dix minutes des Villas, est un parc d’aventures et de safari unique dans l’océan Indien. Situé au pied de la rivière Rempart, le parc et ses 250 hectares de savanes et de forêts méritent qu’on y consacre une journée entière pour essayer un maximum d’activités. Après avoir franchi l’entrée façon Jurassic Park, commencez dès l’ouverture à 9h par l’activité pionnière du parc, son fabuleux parc d’oiseaux exotiques et découvrez les très nombreuses espèces dans une cacophonie de cris surprenants. Poursuivez par les singes, dont des lémuriens de Madagascar et les macaques locaux, à côté des tortues. La mini ferme avec ses faons, ses perroquets gris, son lama, ses lapins et autres volatiles est irrésistible pour les petits qui peuvent donner le biberon aux animaux. Il est temps d’aller contempler les hippopotames nains au bain, avant de grimper sur une palissade pour aller nourrir les girafes. C’est déjà l’heure du safari ! Embarquez dans les bus ouverts pour aller découvrir en pleine nature les antilopes, les zèbres et nourrir les autruches impressionnantes et toujours affamées qui viennent vous voler le pain dans la main. Arrêt pour voir les lions, avec lesquels il est possible de marcher dans une balade très surveillante mais très impressionnante. De nombreux lionceaux sont nés à Casela et gambadent à coté de leur mère, nonchalante au soleil. Le tigre blanc et les guépards recueillent un succès certain. En plus des interactions avec les animaux, Casela propose une large palette d’activités excitantes : quad et mud quad (dans la boue), tyrolienne, canyoning, cinéma 3D, segway, canyon swing, safari en jeep et à trois minutes du Parc, depuis peu, le karting. On peut également déjeuner et se rafraichir tout au long du parcours de cette journée exceptionnelle.

image

Le ravaudeur du débarcadère

Le ravaudeur du débarcadère Assis face à la mer, il ne lève pas les yeux de son ouvrage. Des mètres et des mètres de filets bleus passent entre ses doigts agiles. Il refait les gestes millénaires des femmes, mais un métier d’hommes. Il ravaude les trous laissés par les coraux, ces déchirures parfois béantes qu’il faut raccommoder sous peine de voir filer ces éclairs argentés pris au piège que sont les « mulets ». C’est que la saison de la senne est courte et très surveillée. S’il est conscient que cette pratique est intrusive, dévastatrice pour le lagon, c’est aussi une pêche traditionnelle moins épuisante que les longues heures passées en mer. Alors, avec d’autres pêcheurs, installés sous les filaos qui bordent le débarcadère d’où partent tant d’espoirs, il tord des morceaux de vieux métal qui lesteront, il reprise ces filets que l’on tend entre de fragiles bâtons. Plus tard, avec la marée, ils sont plusieurs à se mettre à l’eau, qu’ils font bouillonner en la frappant avec leurs gaulettes tandis que la senne est jetée par-dessus bord. Peu à peu, le filet se referme, les mulets pris au piège frétillent. Ce soir, il y aura du monde au débarcadère. RegCTA(‘58529e4a0dc361158c2f725e’, true, ‘582c951b0dc361123894002f’)

image

Une plongée dans le passé colonial

Une plongée dans le passé colonial La visite de cet ancien fortin typique de l’empire colonial britannique, posé sur la plage de la Preneuse, vaut le détour. Erigée en 1834 par les Anglais, la Tour a été réaménagée en musée qui se visite toutes les demi-heures. Un guide vous accueille dans le bâtiment rond en pierres brutes et chaux, qui abritait une petite garnison de soldats chargés de défendre les côtes. On y découvre la magnifique maquette de la frégate La Preneuse (qui a donné son nom à la plage), les uniformes des soldats confectionnés par le musée Tussaud, les armes -mousquets et boulets de canon-, la poudrière, le dortoir et la cuisine, ainsi que de nombreux ustensiles de cette époque. L’endroit est bien documenté et fidèlement reconstitué. Montez au sommet de la Tour qui autrefois abritait deux canons pour admirer la vue et terminez votre visite sur la plage où trône l’un des derniers canons. Une plongée dans le passé historique de l’île, une visite très instructive, à cinq minutes à pied de Marguery Exclusive Villas. RegCTA(‘58529e4a0dc361158c2f725e’, true, ‘582c951b0dc361123894002f’)

image

Tamarin : un village, un artiste

Tamarin : un village, un artiste Véritable pépinière de talents, Tamarin accueille de nombreux artistes : plasticiens, créateurs, photographes, musiciens, peintres…. La nature si particulière de l’endroit, entre océan et montagnes, Salines et forêts, plages et champs de canne, savane sèche et rivière, dote les artistes d’une sensibilité à fleur de peau. Chaque mois, partons à la rencontre d’un artiste et de sa vision de Tamarin. Elie Bernager est un photographe de renommée internationale qui vit à Tamarin depuis plus de quinze ans. Ses photos artistiques et ses portraits très originaux de jeunes mariés en situation « locale » très loin des poses classiques soulignent son amour pour cette ile qui l’a accueilli et dont il sait tirer la quintessence. Elie a récemment participé à un projet solidaire visant à créer du lien social avec le village de Tamarin, « Très Métis Tamarin ». L’idée était d’exalter la mixité sociale et culturelle des habitants. Son parti-pris a été la photographie en noir et blanc, des portraits cadrés serrés, sans fioritures, dévoilant la nature profonde et généreuse des habitants qui se sont prêtés avec plaisir au jeu. Pêcheurs, jeunes enfants, commerçants, mères de famille, jeunes… : si le regard est le reflet de l’âme, alors plongez dans celle de Tamarin. RegCTA(‘58529e4a0dc361158c2f725e’, true, ‘582c951b0dc361123894002f’)