La flore et la faune à l’Ile Maurice

L’Île Maurice est dotée d’une grande diversité de faune et de flore ; très impressionnant pour un si petit espace. C’est à cause de son origine volcanique, du temps, de l’isolement et de sa zone unique. Maurice a 670 espèces de fleurs indigènes, dont environ 45 % endémiques. Beaucoup de plantes endémiques sont devenues rares en raison de la destruction de leur habitat.

Durant la colonisation de l’Île Maurice, seuls quelques animaux ont trouvé refuge sur l’île par avion ou par bateau, soit pour la plupart, des oiseaux et des reptiles mais aucun mammifère à l’exception des chauves-souris. Il est intéressant de noter qu’aucun amphibien ne vit sur l’île. L’Île aux Aigrettes, au large de la côte sud-est de l’île, sert à la reconstitution des forêts indigènes et la réintroduction des espèces rares sur l’île.

Faune

La Crécerelle de Maurice a une fois été nommée l’oiseau le plus rare du monde, car il n’y avait plus que 4 spécimens dans les années 1970. C’est le seul oiseau de proie de l’île Maurice et le faucon le plus rare du monde. Au cours des 23 dernières années, un programme intensif d’élevage en captivité a sauvé cette belle crécerelle de l’extinction.

Le Pigeon rose est le pigeon le plus rare du monde, et était trouvé sur toute l’île autrefois. Cette espèce se trouve seulement dans les forêts des hautes terres humides dans le sud-ouest de l’Île. Un programme d’élevage en captivité a été commencé dans les années 1980. La population sauvage de Pigeons rose compte maintenant plus de 250 oiseaux, sur un total aussi bas que 15 à 20 en 1985.

La perruche Echo a été en grande partie limitée à la crête de la forêt de Macchabee dans le Parc National en raison du déclin catastrophique de son habitat naturel. Avec un minimum de 20 à 25 oiseaux dans les années 90, des projets ont été lancés pour sauver le perroquet le plus rare du monde, le seul perroquet endémique à l’île Maurice.

Pour leur taille, les Îles des Mascareignes (Maurice, Réunion et Rodrigues) ont été jadis occupées par plusieurs espèces de reptiles uniques, dont la plupart sur l’île Maurice. Cependant, l’arrivée des humains, la destruction des habitats et l’introduction de plantes et d’animaux non-indigènes ont causé l’extinction de reptile.

Maurice a jadis abrité des tortues endémiques. Malheureusement, ils disparurent en 1844. Heureusement, des espèces analogiques ont été introduites dans le pays, à savoir la tortue géante d’Aldabra qui peut être vue dans certains parcs notament celui de Casela et sur l’Île aux Aigrettes.

Flore

Maurice était un patch vert, perdu dans l’océan Indien. Autrefois, une forêt compacte recouvrait toute l’île, sauf sur certains points de la côte. Et les splendides forêts de « bois exotique », avec le bois d’ébène ont été tentantes pour les marchands et les capitaines. Rapidement, le bois d’ébène mauricien a eu une grande réputation sur les marchés européens. Les Hollandais ont massivement exploité le bois d’Ebène, pensant que c’était une ressource illimitée.

Trochetia Boutoniana, ou la Boucle d’Oreille, est la fleur nationale de l’île Maurice. Elle a été nommée d’après le célèbre botaniste Français Louis Bouton, et est endémique à l’île Maurice. On la trouve maintenant sur une seule montagne à l’Île Maurice, mais vous pouvez la voir dans certains jardins sur l’île. Cette fleur est un magnifique arbuste atteignant environ 2 à 3 mètres de hauteur avec des fleurs rouge-orangé qui fleurissent de juin à octobre.

Les plantes exotiques d’Anthurium rouge représentent l’île et sont souvent utilisées comme cadeaux. Maurice est un important exportateur de fleurs d’anthurium pour l’Afrique du Sud, l’Europe et l’Australie. Cueillis tôt le matin, les anthuriums sont vendus en paquets qui durent au moins 4 jours, sans arrosage. Au marché de Quatre-Bornes, les fleuristes vous proposeront surement d’en acheter! Les couleurs des anthuriums varient de blanc-satin à rose givré et d’orange vif à rouge cramoisi.

Il y a aussi une abondance de fruits délicieux, surtout en été : de nombreuses variétés de mangues, letchis, ananas, avocats, longan, divers citrons, goyaves, goyaves de Chine, papayes, jamalacs, cerises etc… Au fil du temps, les fruits importés ont envahi les étals des marchés, les gens achètent généralement des pommes, des oranges, des prunes et des kiwis… Cependant, les fruits importés ne peuvent pas remplacer les fruits locaux pour la fabrication de chutney et d’achard !